Translate

La saga énergétique européenne, pour mieux nous polluer l'esprit et les poumons

Dans la revue 24h01, un texte sur l'exploitation du gaz de schiste, ce gaz gisant sous nos pieds, "pris au piège" de la roche mère si bien qu'il faut des tonnes d'explosifs et de liquides bizarres pour l'extraire là– et que certains entrevoient comme notre salvateur pour les décennies à venir (en d'autres mots, pour quand y aura vraiment plus de pétrole).

Pour moi, comme pour les autres environnementalistes, il ne s'agit que d'une manière de plus de sauver la vieille peau de l'industrie extractive (donc les grandes sociétés pétrolifères qui n'hésitent pas à investir dans le gaz si c'est aussi lucratif) et de repousser les investissements et la recherche dans le renouvelable à une autre décennie.

C'est l'excellent artiste "Dans le Ciel Tout Va Bien" qui illustre mon papier.




Voici quelques extraits du texte :

Exploitera ? N’exploitera pas ? La série du gaz de schiste n’a pas fini de maintenir tout le vieux continent en haleine. S’agissant de l’approvisionnement énergétique de nos économies en crise, les enjeux sont lourds. Les États européens, plutôt que de faire front commun, préfèrent se la jouer solo. Suspense, suspense.


[...]

La grande révélation de notre feuilleton, c’est d’abord la Pologne. De coutume plutôt ronchonne, Varsovie est aujourd’hui exaltée à l›idée de se libérer de l’étau énergétique de ses voisins russes et allemands. « Grâce au gaz de schiste, la Pologne a des chances de devenir, d’ici 10 à 15 ans, la deuxième Norvège », déclarait triomphalement le ministre des Affaires Étrangères Sikorski en avril 2010.

[...]

Début 2011, la France réplique et les paysans d’Outre-Quiévrain volent la vedette aux mineurs polonais pour quelques épisodes. « Bénie des Dieux, elle serait au gaz de schiste ce que le Qatar est au pétrole », prêche Michel Rocard.

[...]

Le scandale vire au mélodrame quand, le 27 mai 2011, des opé- rations d›exploration provoquent un séisme près de la station balnéaire de Blackpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre. 

[...]

Dans tout ce vacarme, le Berlaymont peine à accorder ses violons. En septembre 2012, la Commission publie trois études aux conclusions ambivalentes. L'une admet que l’impact du schiste sur le marché de l’énergie de l’Union ne peut être que positif, comme aux Etats-Unis où le boom gazier a permis une baisse du prix de l’énergie et une relance indus- trielle accompagnée de création d’emplois. La deuxième confirme que l’empreinte écologique du schiste est redoutable à cause des grandes quantités d›eaux et des fluides chimiques utilisés lors des forages. La troisième nuance les études sur le bilan carbone avantageux du nouveau carburant. Le gaz émet certes moins de dioxyde de carbone que le charbon lors de sa combustion.

[...]


Pour en savoir plus, regardez "La Malédiction du Gaz de Schiste", ce documentaire de Lech Kowalski, un cinéaste polonais qui s'est intéressé aux conséquences socio-environnementales mais aussi à l'impact économique potentiel du gaz de schiste. Lech Kowalski  a réalisé ce film après le succès du documentaire "Gasland", de Josh Fox, qui traite de la même problématique mais aux Etats-Unis. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire